Migration de crapauds

Le saviez-vous ?

Le golf situé à Ste Marie sur Mer accueille une petite population de Crapauds commun (Bufo bufo) depuis plusieurs années. Cette espèce, qui fait partie des « amphibiens », est protégée par la loi car elle est gravement menacée du fait de la destruction de son habitat (mares, zones humides…) et de l’utilisation de produits chimiques qui l’empoisonnent. Son apparence n’est pas appréciée de tous, pourtant le crapaud a un rôle important dans le cycle de vie et la chaîne alimentaire. Devinez qui vous débarrasse des limaces ou chenilles dans le potager ? Le crapaud ! Lui-même servira à son tour un jour de repas pour un renard ou un héron.

Pourquoi les crapauds migrent ?

Chaque année vers l’automne les crapauds hivernent, c’est une période d’activité ralentie. Pour cela ils trouvent refuge dans les tas de feuilles et sous les souches du petit boisement du golf (au Sud de la Rue du golf). Dès le début du mois de février, s’il ne fait pas trop froid, les crapauds quittent leur abri forestier pour se reproduire et entament une longue migration vers les zones de pontes : les mares ! Mais ces dernières se trouvent au Nord de la rue du golf, forçant les crapauds à traverser la route. Les crapauds n’étant pas très rapides et se figeant sur place à la moindre menace, ils se font alors trop souvent écraser par les voitures.

Vous pouvez agir !

La nuit, si vous roulez sur la rue du golf entre les mois de février et avril, ouvrez l’oeil et levez le pied ! Rouler à vitesse réduite (sous les 30km/h) permet d’éviter que les amphibiens soient aspirés et projetés vers une mort certaine contre le soubassement des véhicules. Les crapauds font partie de notre patrimoine naturel, ils jouent un rôle important dans les écosystèmes et sont une source d’émerveillement pour ceux qui savent les observer… alors faisons en sorte que cette migration ne soit pas leur dernière !

crapaud-bottes-web

 Et pour aller plus loin…

Voici quelques conseils pour aider nos amis les amphibiens (grenouilles, tritons, salamandres…) :

  • Eviter d’utiliser des produits chimiques dans le jardin.
  • Installer des abris pour l’hiver (tas de pierres, de bois ou de feuilles…).
  • Laisser un coin du jardin au naturel, où ils pourront trouver refuge et éviter les lames de la tondeuse.
  • Ne jamais déplacer les crapauds, fidèles à leur lieu de naissance, ils tenteront toujours de revenir à leur source.
  • Aider les associations naturalistes à étudier les amphibiens. Les CPIEs du territoire proposent l’enquête « Un dragon ! Dans mon jardin ? » Plus d’informations sur le dispositif via le lien suivant…

Merci pour eux !

Pour plus d’informations, contactez l’association Hirondelle au 02 51 74 02 62